Accueil
BUS
Ferré
Espaces-Services
Maintenance
Sécurité
Communiqués
Tracts
Mes Droits
Santé
Retraites
Textes
Contacts
Liens

             

VICTOIRE !!!

Le TGI de Paris vient de donner raison au syndicat SUD RATP concernant la non application de la journée de carence aux agents statutaires de la RATP

Lire la décision   

Notre argumentaire   

Plus d'une centaine d'agents se sont rassemblés le vendredi 25 mai 2012 pour soutenir J.C DELPRAT et, à travers lui, la catégorie conduite en danger face aux risques de sanctions disproportionnées suite à une erreur de sécurité ferroviaire.

Maintenant la balle est dans le camps de la Direction qui doit décider si oui ou non elle traduit J.C devant le Conseil de discipline avec une possible Révocation (licenciement) à la clé.

Restons mobilisés !!!

Un Rassemblement est organisé

le Vendredi 25 mai 2012 au 21 Bd Bourdon

à partir de 13h00

Pour exprimer le refus des Conducteurs d'être traduits devant le Conseil de Discipline sur une erreur de sécurité ferroviaire.

(Un préavis est disponible pour les agents souhaitant se joindre à ce rassemblement)

Voir le Tract  

LE CHANGEMENT C'EST MAINTENANT...

Un nouveau Président vient d’être élu aux plus hautes responsabilités de notre pays, dans une aspiration au changement des Français qui fut d’ailleurs le thème de sa campagne.

Ce changement, attendu, ne saurait être celui d’un homme mais bien d’une autre politique qu’il a le devoir de mener, eu égard aux engagements pris durant la campagne, notamment vis-à-vis de la classe ouvrière dont les syndicats sont les représentants.

Si SUD et son Union syndicale Solidaires portent un certains nombre de revendications en matière de salaires ; retraites ; droits à la santé ; droits du travail ; fiscalité, politiques publiques nationales et européennes ; etc.

Nous avons d’ores et déjà exprimés au nouveau Président de la République nos fortes attentes en matière de développement des transports publics de voyageurs, tout particulièrement en région Ile de France, au cœur d’une politique environnementale qui vise à réussir la « révolution » des transports.

Ces attentes s’inscrivent pleinement dans l’engagement du nouveau Président qui entend maintenir le statut public des entreprises détenues majoritairement par l’État, ce qui est le cas de la RATP et qu’il lui appartient désormais d’en nommer le Président Directeur Général.

En l’état il ne s’agit pas pour SUD de contester l’actuel PDG de la RATP, mais bien de revisiter sa feuille de route/Lettre de mission qui poursuit une démarche de libéralisation et de mise en concurrence/compétition des transports publics qui, à notre sens, n’est pas la solution.

Or, les orientations stratégiques prises par la RATP, dans le cadre de l’élaboration de son plan d’entreprise "Vision 2020", laissent peu d’espoir au devenir du statut d’EPIC intégré dont nous pensons qu’il sera tout ou partie démantelé au profit d’un groupe de droit privé dont les salariés et usagers de la RATP ne perçoivent pas la finalité, si ce n’est celle de favoriser, à terme, des intérêts privés au détriment de l’intérêt général.

Ces choix politiques et stratégiques conduisent à une démarche de performance économique sans précédent, dans un contexte de « compétition » mondiale.

C’est dans ce contexte, qui implique de nombreuses réorganisations, que les conditions de travail et les acquis sociaux des salariés deviennent une variable d’ajustement, pour satisfaire une insatiable demande de productivité, à l’image de la politique aveugle menée par le gouvernement sortant au travers de la RGPP.

Pour SUD il est intolérable que cette stratégie conduise à dégrader les conditions de travail des agents de la RATP, ce qui est contraire à notre vision du progrès social !

La question des Transports en commun de voyageurs en Ile de France est un enjeu majeur pour la Nation, dès lors que cette région, Capitale, constitue le poumon économique de notre pays, avec une densité d’emplois et de population qui nécessite plus que jamais une politique coordonnée entre l’Etat et la région IDF, ce qui est désormais possible.

Depuis plusieurs années, la région mène une politique ambitieuse en matière de développement des transports, qui ne doit pas se faire au détriment des salariés de l’EPIC RATP.

Le projet du Grand Paris doit mobiliser toutes les énergies à sa mise en œuvre, dont celles de la RATP qui est reconnue pour son savoir faire au service de l’intérêt général. Aujourd’hui, il faut reconsidérez le rôle de la RATP, en la re-spécialisant sur son secteur historique en fort développement !

S'il parait que le changement c’est maintenant...ce qui est sûr c’est que c'est maintenant que se décide l’avenir de la RATP et que SUD entend peser sur les choix que d’autres ont accompagné ces 15 dernières années.

Négociations salariales 2012

Durant ces seules deux dernières années, les salaires de base de la RATP ont accusé un recul de 3,3% au regard de l’inflation, cette tendance baissière n’étant que la continuité d’une politique salariale axée sur les primes et un avancement au choix qui individualise les rémunérations et fragilise les salariés de la RATP.

SUD a toujours refusé la facilité consistant à accompagner cette politique qui n’est qu’un leurre pour masquer l’absence de réelles augmentations des salaires. Trop souvent, part belle est faite aux diverses mesures sociales individuelles qui accompagnent les destructions d’emplois, au détriment de l’intérêt collectif, vers toujours plus de productivité. Aujourd’hui il est urgent de reconsidérer la politique salariale de la RATP, et de revenir à un élément de rémunération qui n’est pas accessoire, le SALAIRE !

 
SUD porte un certain nombre de revendications en terme de pouvoir d’achat pour les agents de la RATP, dont :
 
- Une augmentation mensuelle de 100 Euros pour tous, équivalente à 5% d’augmentation de la valeur du point pour un salaire moyen de 2000 Euros
- La mise en œuvre d’une clause de sauvegarde garantissant à minima le niveau de l’inflation
- Un salaire minimum d’entrée à la RATP de 1500 Euros Nets
- La restauration de la gratuité des soins par la prise en charge intégrale de la Mutuelle par la RATP
- Une stricte égalité salariale entre les femmes et les hommes
- Le déplafonnement de l’intéressement avec une égale redistribution pour tous les agents
- La gratuité des transports en Ile de France pour les agents et leur famille
- La mise en œuvre d’un demi 14ème mois de 1000 Euros pour tous, versé sur le salaire de juin
 
A l'issue des négociations, la direction ne propose qu’une augmentation de 1,1% de la valeur du point pour 2012, avec un premier palier de 0,8% en Mars et un second de 0,3% en octobre.
 
Cette proposition est inacceptable, et elle ne répond pas aux attentes fortes des agents au regard de leurs efforts et des bons résultats économiques de l’entreprise.
 
Alors même que la plupart des entreprises de transport négocient des augmentations de salaires à hauteur des 2%, et que la BCE prévoit une inflation 2012 de 2,5%, la RATP se moque de ses salariés !
Face à ce dédain il n’y a pas d’autres alternatives que de construire un rapport de force qui ne s’arrêtera pas à la seule date des négociations.

De l’argent il y en a, la question est juste de savoir comment on le redistribue !

Contrat STIF-RATP 2012-2015

Après avoir appréhendé les difficultés de satisfaire les engagements de qualité de service du précédent contrat, le contrat STIF-RATP pour la période 2012-2015 augmente la pression sur avec la mise en place d’indicateurs encore plus nombreux et contraignants, qui auront des conséquences certaines sur les conditions de travail et de vie au travail des agents.<